La Sainte-Anne 1920 dans la Voix du donjon

Le N° 105 de La Voix du donjon vient de paraître ! En cette période de crise sanitaire où, comme de nombreuses manifestations, la fête Sainte-Anne de Bricquebec a dû être annulée, la revue vous propose de remonter le temps et d’assister aux festivités de 1920, il y a exactement un siècle.

Cette année-là, le Comité des fêtes avait organisé une cavalcade historique, « La Normandie à travers les âges ». Deux cent cinquante Bricquebétais costumés défilaient à pied, à cheval ou sur des chars, illustrant différentes périodes historiques, devant un public nombreux, venu de tout le Cotentin, et désireux de profiter du retour à la paix. La présence de plusieurs photos d’époque permet de mieux apprécier l’ambiance de la fête.

Également au sommaire de ce numéro, la troisième partie de l’histoire des laiteries coopératives du Cotentin : « Entre guerre et modernisation (1940-1960) », ainsi que les souvenirs d’un interne de l’école Saint-Joseph de Bricquebec au début des années 1960. Vous trouverez enfin la présentation de la nouvelle association L’Agglomération Antique d’Alauna (AAA) qui vise à favoriser les recherches sur le site de l’ancienne cité gallo-romaine située aux portes de Valognes, à veiller à la protection de ce site exceptionnel et à encourager sa mise en valeur auprès du public.

Vous pouvez vous procurer ce deuxième numéro de l’année 2020 comme d’habitude auprès de la Maison de la presse de Bricquebec ou celle de Valognes, ou encore au local des Amis du donjon aux heures d’ouverture, ou enfin par correspondance.

C’est encore le moment de vous abonner – ou de renouveler votre abonnement – afin de ne rien perdre des numéros de cette année 2020. Les numéros 106 et 107 sont d’ores et déjà en préparation pour paraitre dans les meilleurs délais.

Le Petit Nicolas en normand !

A l’invitation du la Région Normandie, avait lieu, le 24 septembre dernier, le lancement officiel du livre Le P’tit Colas, la version en normand du célèbre ouvrage de Sempé et Goscinny Le Petit Nicolas. La version bilingue normand/français est la 24ème publiée en langue régionale par les éditions IMAV créées par Anne Goscinny, la fille du célèbre auteur.

Dans les locaux de la librairie l’Armitière à Rouen, étaient présents : Hervé Morin, président du Conseil régional, Édouard de Lamaze, son vice-président, chargé du dossier « Langue normande », ainsi que Jean-Pierre Montreuil, Guy Pichon, Joël Hallet et Alain Bavay, les quatre traducteurs du projet (et membres de l’Atelier langue normande des Amis du donjon).

La maison d’édition était représentée par Aymar du Chatenet et la Fédération des Associations pour la Langue normandE (FALE) par Jean-Philippe Joly.

C’est le normand du Cotentin qui a été choisi pour ce projet

Après les interventions de l’éditeur et d’Édouard de Lamaze, Jean-Philippe Joly a lu en normand quelques extraits du P’tit Colas. Hervé Morin a ensuite clôturé la réception en soulignant que ce projet faisait parte des initiatives menées pour redonner aux Normands la fierté de la Normandie. Il a ajouté que la langue fait partie du patrimoine immatériel à défendre et qu’il ne faut pas l’abandonner sous prétexte qu’elle risque de disparaître : le patrimoine est un tout que les Normands doivent se réapproprier pour le protéger.

Le livre est disponible dans les librairies au prix de 15 €. Vous pouvez l’obtenir également par correspondance auprès des Amis du donjon, mais il vous faudra y ajouter 5 € pour les frais de port.

Quelques photos du lancement :

 

L’ensemble BaroKentin à Bricquebec

Dans le cadre de sa nouvelle saison, BaroKentin, l’ensemble baroque au cœur du Cotentin, se produira en concert le samedi 26 septembre 2020 à 20 h 30 dans le cadre de l’église Notre-Dame de Bricquebec.

Découvrez ou re-découvrez les pages riches et variées du répertoire baroque avec sonates et concertos de Joseph Bodin de Boismortier, Jean-Sébastien Bach, Carl-Friedrich Abel, Jean-Marie Leclair et Jean-Baptiste Pergolese. Programme détaillé ici.

Concert gratuit, contribution à votre discrétion.

Plus d’information sur l’ensemble BaroKentin ici.

La Saint-Louis : une nouvelle fête médiévale à Bricquebec

L’association « Cotentin et Cottes de mailles » nous présente la vie au Moyen Âge

Plusieurs années après les fêtes médiévales organisées par les Amis du donjon, l’oriflamme est judicieusement repris par l’association Patrimoine, Culture et Solidarité. Cette première édition aura lieu à l’occasion de la Saint-Louis, les samedi 22 et dimanche 23 août 2020, dans le cadre somptueux de la cour du château de Bricquebec.

L’animation sera assurée principalement par l’association Cotentin et Cottes de mailles basée à Négreville. La période viking sera représentée par les associations Wilt (Bricquebec) et Les Corbeaux d’Asgard (Valognes).

Seront ainsi présentées différentes activités d’artisanat (broderie, vannerie, calligraphie, cuir, forge… ) et des démonstrations et spectacles mêlant joutes équestres, escrime et danses médiévales.

Les bénéfices de la manifestation iront au bénéfice des Restos du cœur de Bricquebec et du Conservatoire de la dentelle de Bayeux. Entrée dans la cour du château : 5€.

Du fait de la crise sanitaire liée à la Covid-19, la fête médiévale a été autorisée par la préfecture de la Manche grâce aux mesures mises en place par les organisateurs. Le port du masque est fortement conseillé.

« La Voix du donjon » dans votre boîte à lettres…

Comment ne pas manquer un seul numéro de La Voix du donjon en 2020 ? En vous abonnant bien évidemment !

La Voix du donjon est une revue trimestrielle d’histoire locale unique en son genre, réalisée entièrement par des bénévoles, toute en couleurs et sans aucune publicité ! Tous les ans, ce sont 144 pages consacrées à l’histoire des quatorze communes du pays de Bricquebec et de tous ceux qui ont vécu ici, au patrimoine local et aussi à l’actualité culturelle. Déjà 103 numéros de parus !

Les quatre numéros de l’année 2019

Dans votre abonnement, vous pouvez aussi choisir d’inclure le numéro tout en normand, fruit du travail de l’Atelier langue normande. Merci également de penser à la (modeste) adhésion qui permet à l’association de fonctionner au quotidien.

Si vous voulez vous abonner et/ou adhérer, téléchargez le formulaire.
Si vous souhaitez des anciens numéros,  téléchargez le bon de commande.

La deuxième rencontre des parlers normands à Rouen

Vue d’une partie de l’assemblée durant le discours d’Hervé Morin

Le 11 janvier dernier, le président du Conseil régional de Normandie, Hervé Morin, réunissait pour la deuxième fois l’ensemble des acteurs engagés dans la sauvegarde du normand. Après Caen en 2019, c’est cette fois à Rouen que la rencontre avait lieu.

La journée a commencé par la présentation du cinquième tome de l’Atlas Linguistique de Normandie, aboutissement d’un travail commencé il y a plusieurs décennies. Ensuite, Nicolas Abraham, président de la FALE (Fédération des Associations pour la Langue normandE), est revenu sur le contenu de la convention signée avec la Région et sur les premières réalisations qu’elle a permises. Parmi celles-ci, la mise en place des « Cafés normands », moments d’échanges sur la langue se révèle un succès à travers la région.

Autre point d’actualité, la mise en place d’un « Conseil scientifique et culturel des parlers normands », composé de linguistes, d’historiens, d’érudits et de locuteurs, s’assurera de la rigueur des initiatives entreprises. Il siègera au sein de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen. L’un des premiers dossiers sera l’encouragement à faire figurer le nom des communes en normand à l’entrée des villes et villages.

Autre sujet crucial, l’enseignement du normand qui se heurte à une attitude plutôt réticente du Rectorat. Christian Hahn, président du Conseil culturel d’Alsace, est venu parler des difficultés rencontrées dans sa région et des conventions signées avec l’Éducation nationale pour l’enseignement précoce de l’alsacien à l’école.

Ces échanges se sont clôturés par un intermède musical offert par les 39 enfants du regroupement scolaire de Pierreville / Saint-Germain-le-Gaillard / Le Rozel avec le concours de Théo Capelle, Jean-Louis et Manuela Dalmont.

 

Le N° 101, un numéro double pour les 25 ans de la Voix du donjon

À l’occasion des 25 ans de la revue, la rédaction de La Voix du donjon a décidé de frapper fort : le N° 101, composé de 80 pages (au lieu de 36 habituellement), comporte un article sur chacune des 14 communes du pays de Bricquebec, sur des sujets jamais encore traités spécifiquement dans la revue, allant de l’Antiquité au XXe siècle. Trésors cachés et histoires inédites du pays de Bricquebec : une formidable plongée dans le passé des communes qui prouve, s’il en était besoin, la formidable richesse de notre histoire locale.

Au sommaire : Le Pays de Bricquebec (Jean-Pierre Le Goupillot) – Regards sur Sottevast antique et médiéval (Jean-Pierre Le Goupillot) – Le manoir des Perques (Julien Deshayes) – L’ancien presbytère du Valdecie (Julien Deshayes) – Négreville sous l’occupation anglaise (Jeannine Bavay) – Le château des Galleries à Bricquebec (Marie-Andrée de Trémiolles) – Le manoir du Valjouet au Vrétot (Jeannine Bavay) – Par les chemins de Quettetot : les croix et le calvaire (Jeannine Bavay) – La seigneurie de Saint-Martin-le-Hébert au début du XVIIIe siècle (Nicolas Abraham) – Morville et l’hôpital de Coutances (Nicolas Abraham) – La fromagerie de Belleville à Breuville (Jeannine Bavay) – La Cour de Magneville en 1920 (Jeannine Bavay) – Le bombardement du 11 novembre 1943 à Rauville-la-Bigot (Pierre Le Goupillot) – Crash à l’Étang-Bertrand (Mickaël Simon et Georges Dennebouy) – Rocheville : La Voué de la forât et l’Assemblée Normande (Rémi Pézeril) – Actualité des livres : Maupassant, trois vies (Françoise Halley des Fontaines).
Sommaire avec résumé des articles ici.

Les abonnés recevront ce numéro exceptionnel sans supplément. Pour les autres lecteurs, il est possible de vous le procurer dans nos points de vente habituels, ou auprès des Amis du donjon, au prix de 15 €.

Le dernier numéro de l’année passée n’étant pas encore sorti, il est encore possible de vous abonner pour 2019 et d’acquérir ainsi les numéros 100 à 103 au prix habituel de l’abonnement (30 € franco de port).

 

Le deuxième colloque régional sur la langue normande

À l’invitation de la Région Normandie et de la Fédération des Associations pour la Langue normandE (FALE), la deuxième rencontre régionale des parlers normands se tiendra le samedi 11 janvier 2020 de 9 h 30 à 15 h 00 dans les locaux de l’Hôtel de région, 5 rue Robert Schuman à Rouen (accès détaillé sur le site de la région). Entrée libre.

Un premier bilan de la convention signée entre la Région et la FALE sera présenté. Seront également abordés la création d’un atlas linguistique des parlers normands et les actions à envisager en direction de la jeunesse. Le programme détaillé est téléchargeable ici.

Animation chantée en normand par le groupe Magène et les enfants du regroupement scolaire Pierreville / Le Rozel / Saint-Germain-le-Gaillard (Manche).

Venez nombreux ! À bientôt.

 

 

Assemblée générale des langues d’oïl à Bricquebec

À Bricquebec, les 9 et 10 novembre derniers, les délégués des langues picarde, normande, gallèse, poitevine et bourguignonne ont tenu l’Assemblée générale annuelle de la fédération DPLO, à l’invitation des Amis du donjon et de l’association Magène.

Depuis 1981, DPLO (Défense et Promotion des Langues d’Oïl) agit auprès des élus nationaux et régionaux pour la reconnaissance et le développement des langues régionales dites d’oïl qui ne bénéficient pas, de manière scandaleuse, du statut accordé au breton, au basque ou à l’alsacien par exemple.

Si le picard et le gallo (Bretagne orientale) bénéficient d’une aide apportée par les conseils régionaux concernés, la situation est difficile en Poitou et en Bourgogne. Depuis peu, le normand est dans une situation intermédiaire suite à la convention signée par la FALE avec le Conseil régional de Normandie. Toutefois, la question de l’enseignement des langues d’oïl reste bloquée par l’Éducation nationale.

L’assemblée générale a adopté un texte, Douze constats et douze propositions, qui sera envoyé aux Régions concernées pour les sensibiliser et demander leur soutien face à l’attitude rigide de l’État sur le sujet.

Le samedi soir, une soirée conviviale a rassemblé les conteurs et chanteurs des cinq régions présentes pour le plus grand plaisir de tous.

 

Promenade contée sur les traces de Maupassant

Dans le cadre des Journées du patrimoine, les Amis du Donjon et du Pays de Bricquebec vous proposent une promenade contée jusqu’au manoir de Durécu qui a appartenu à Paul Le Poittevin, grand-père maternel de Guy de Maupassant.

Rendez-vous le samedi 21 septembre 2019 à 15 h 00 sur la Voie verte à Bricquebec, à hauteur de la route de Carteret. Comptez 5 km pour aller – marche très facile.

À 16 h 30, visite extérieure du manoir. Un retour en voiture sera organisé pour les personnes qui le souhaitent.

Animation gratuite.