La Sainte-Anne 1920 dans la Voix du donjon

Le N° 105 de La Voix du donjon vient de paraître ! En cette période de crise sanitaire où, comme de nombreuses manifestations, la fête Sainte-Anne de Bricquebec a dû être annulée, la revue vous propose de remonter le temps et d’assister aux festivités de 1920, il y a exactement un siècle.

Cette année-là, le Comité des fêtes avait organisé une cavalcade historique, « La Normandie à travers les âges ». Deux cent cinquante Bricquebétais costumés défilaient à pied, à cheval ou sur des chars, illustrant différentes périodes historiques, devant un public nombreux, venu de tout le Cotentin, et désireux de profiter du retour à la paix. La présence de plusieurs photos d’époque permet de mieux apprécier l’ambiance de la fête.

Également au sommaire de ce numéro, la troisième partie de l’histoire des laiteries coopératives du Cotentin : « Entre guerre et modernisation (1940-1960) », ainsi que les souvenirs d’un interne de l’école Saint-Joseph de Bricquebec au début des années 1960. Vous trouverez enfin la présentation de la nouvelle association L’Agglomération Antique d’Alauna (AAA) qui vise à favoriser les recherches sur le site de l’ancienne cité gallo-romaine située aux portes de Valognes, à veiller à la protection de ce site exceptionnel et à encourager sa mise en valeur auprès du public.

Vous pouvez vous procurer ce deuxième numéro de l’année 2020 comme d’habitude auprès de la Maison de la presse de Bricquebec ou celle de Valognes, ou encore au local des Amis du donjon aux heures d’ouverture, ou enfin par correspondance.

C’est encore le moment de vous abonner – ou de renouveler votre abonnement – afin de ne rien perdre des numéros de cette année 2020. Les numéros 106 et 107 sont d’ores et déjà en préparation pour paraitre dans les meilleurs délais.

Quand le château de Bricquebec devenait monument historique

En 1840, li y a 180 ans, le château médiéval de Bricquebec était inscrit sur la première liste des monuments historiques établie en France. Ils étaient douze pour le département de la Manche et environ 1000 pour la France entière. Les bâtiments encore debout menaçaient ruine et les municipalités successives de Bricquebec s’efforcèrent d’obtenir des subventions pour les aider à conserver la partie qui appartenait alors à la commune : le donjon et la tour de l’horloge. Mais ce n’est qu’en 1889 que les élus parvinrent à leurs fins et que fut entreprise une campagne de travaux qui permit de sauver l’ensemble pour notre plus grand bonheur : imaginez combien serait vide le ciel bricquebétais sans son donjon ? Et combien serait triste le marché du lundi s’il n’était rythmé par la cloche de l’horloge ?

Ce sont ces péripéties que nous conte Jeannine Bavay dans le N° 104 de la Voix du donjon à travers un article fortement documenté et illustré. Au sommaire aussi de ce nouveau numéro, le troisième épisode des « Parachutistes de l’Epinay ». Cette dernière partie nous permet de suivre les prisonniers américains passés par Bricquebec et Les Perques tout au long de leur périple vers les stalags d’Allemagne. Retour également sur leurs conditions de détention et les danger encourus. Une estimation de leur nombre est esquissée.

Un événement plus local, l’inauguration du calvaire de l’Étang-Bertrand en 1930 nous est également présentée avec de nombreuses photos d’époque.

Vous pouvez vous procurer ce premier numéro de l’année 2020 comme d’habitude auprès de la Maison de la presse de Bricquebec ou celle de Valognes, ou encore au local des Amis du donjon aux heures d’ouverture, ou enfin par correspondance.

C’est encore le moment de vous abonner – ou de renouveler votre abonnement – afin de ne rien perdre des numéros qui vont marquer cette année 2020.

« La Voix du donjon » dans votre boîte à lettres…

Comment ne pas manquer un seul numéro de La Voix du donjon en 2020 ? En vous abonnant bien évidemment !

La Voix du donjon est une revue trimestrielle d’histoire locale unique en son genre, réalisée entièrement par des bénévoles, toute en couleurs et sans aucune publicité ! Tous les ans, ce sont 144 pages consacrées à l’histoire des quatorze communes du pays de Bricquebec et de tous ceux qui ont vécu ici, au patrimoine local et aussi à l’actualité culturelle. Déjà 103 numéros de parus !

Les quatre numéros de l’année 2019

Dans votre abonnement, vous pouvez aussi choisir d’inclure le numéro tout en normand, fruit du travail de l’Atelier langue normande. Merci également de penser à la (modeste) adhésion qui permet à l’association de fonctionner au quotidien.

Si vous voulez vous abonner et/ou adhérer, téléchargez le formulaire.
Si vous souhaitez des anciens numéros,  téléchargez le bon de commande.

Magneville à l’heure solaire dans la Voix du donjon n° 103

Dans son numéro 103, La Voix du donjon met en lumière un objet ancien peu ordinaire : un « bloc gnomonique », c’est un dire un bloc de pierre où ne sont gravés pas moins de 17 cadrans solaires, donnant tous l’heure exacte simultanément, en fonction de la position du soleil. Cet objet était présent dans le jardin de l’ancien presbytère de Magneville jusque vers 1990. Dans son article, Dominique Béneult nous détaille également les règles qui président à la conception d’un cadran solaire en partant de la description de celui qui est installé verticalement sur l’église du village.

Dans ce n° 103, on parle également de la ville jumelle de Bricquebec en Angleterre, New Alresford, et des 35 ans du jumelage. Y figure aussi la deuxième partie de l’étude sur les « Parachutistes de l’Épinay », c’est à dire des paras américains prisonniers en juin 1944 au manoir de l’Épinay, sur la commune des Perques. C’est enfin l’occasion de découvrir un texte inédit de Charles Frémine sur la foire de Fierville et une légende tournant autour de la statue de Napoléon Ier à Cherbourg, œuvre du Bricquebétais Armand Le Véel.

Vous pouvez vous procurer ce nouveau numéro comme d’habitude auprès de la Maison de la presse de Bricquebec ou celle de Valognes, ou encore au local des Amis du donjon aux heures d’ouverture, ou enfin par correspondance.

C’est le moment de vous abonner – ou de renouveler votre abonnement – afin de ne rien perdre des numéros qui vont marquer cette année 2020.

Les 25 ans de La Voix du donjon

Le samedi 15 février 2020, une quarantaine de membres de l’association Les Amis du donjon, et parmi eux plusieurs membres fondateurs, se sont réunis  pour célébrer les 25 ans de La Voix du donjon.

Un diaporama présenté par Jeannine Bavay a permis de retracer les grands événements des années passées : la création de la revue, les fêtes médiévales, les expositions, les conférences, la création de la section langue normande, la participation aux visites du château, l’organisation d’une fête des Rouaisouns autour du normand avec les représentants de toute la région et des îles de la Manche et, depuis quelques années, l’organisation d’un marché des potiers, en collaboration avec les Godiâos de Saussemesnil et les Amis de l’ancienne baronnie de Néhou.

Le président Rémi Pézeril a parlé des récents numéros de la revue et des sujets envisagés pour les numéros à venir. Yves Rouil a ensuite présenté deux courts-métrages, l’un sur le colloque des parlers normands à Rouen et l’autre intitulé Mille chevaux pour un royaume sur le thème des Normands en Sicile.

L’après-midi s’est terminée autour d’un verre de cidre et d’une part de brioche, en échangeant sur les projets de l’association pour les mois à venir.

 

La Guerre des haies dans la Voix du donjon n° 102

Avec son numéro 102, la Voix du donjon fait une incursion plus au sud en parlant de la « Guerre des haies » et notamment des combats autour de Montmartin-en-Graignes en juin 1944. Un témoignage inédit laissé par Marcel Senécaille, un Cherbourgeois réfugié dans ce village des marais de Carentan, qui s’est retrouvé pendant plusieurs jours au cœur d’un bataille meurtrière. L’auteur travaillera à Bricquebec quelques mois plus tard comme interprète au service américain chargé de l’indemnisation des biens bombardés (U.S. Claims).

Dans le n° 100, Michel Philippot nous avait présenté l’histoire de Ramon, ce Catalan espagnol caché des Allemands à Bricquebec en 1943-44. Il poursuit en nous racontant la visite de sa petite-nièce dans le Cotentin et sa quête personnelle dans l’Aude sur les traces de Ramon. Rémi Pézeril complète le sujet en nous présentant la Guerre civile d’Espagne, un conflit largement méconnu en France aujourd’hui.

Vous pouvez vous procurer ce nouveau numéro comme d’habitude auprès de la Maison de la presse de Bricquebec ou celle de Valognes, ou encore au local des Amis du donjon aux heures d’ouverture, ou enfin par correspondance. Par ailleurs, il est toujours possible de s’abonner, et d’ainsi obtenir l’ensemble des numéros déjà parus pour l’année en cours.

Les Amis du donjon fêtent les 25 ans de leur revue

Le samedi 15 février à 15 heures, salle de la gare à Bricquebec, les Amis du donjon convient tous les abonnés, tous les lecteurs de La Voix du donjon et, d’une manière générale toutes les personnes intéressées par notre histoire locale et notre patrimoine, à une rencontre amicale pour fêter les 25 ans de la revue fondée en 1994 par Eric Catherine et Jacques Blin. Un montage photo rappellera les moments forts du quart de siècle passé : les fêtes médiévales, les expositions, les sorties…

Autour d’une brioche, d’une moque de beire ou d’un café, ce sera aussi l’occasion de revenir sur l’histoire de la revue et sur la genèse du N° 101 spécial 25 ans, « Trésors cachés et histoires inédites du pays de Bricquebec », et d’échanger avec les auteurs.

Les abonnés présents se verront remettre en avant-première le N° 102 de La voix du donjon, tout juste sorti des presses (les autres abonnés le recevront par la voie habituelle dans les jours qui suivront).

À bientôt.

Le N° 101, un numéro double pour les 25 ans de la Voix du donjon

À l’occasion des 25 ans de la revue, la rédaction de La Voix du donjon a décidé de frapper fort : le N° 101, composé de 80 pages (au lieu de 36 habituellement), comporte un article sur chacune des 14 communes du pays de Bricquebec, sur des sujets jamais encore traités spécifiquement dans la revue, allant de l’Antiquité au XXe siècle. Trésors cachés et histoires inédites du pays de Bricquebec : une formidable plongée dans le passé des communes qui prouve, s’il en était besoin, la formidable richesse de notre histoire locale.

Au sommaire : Le Pays de Bricquebec (Jean-Pierre Le Goupillot) – Regards sur Sottevast antique et médiéval (Jean-Pierre Le Goupillot) – Le manoir des Perques (Julien Deshayes) – L’ancien presbytère du Valdecie (Julien Deshayes) – Négreville sous l’occupation anglaise (Jeannine Bavay) – Le château des Galleries à Bricquebec (Marie-Andrée de Trémiolles) – Le manoir du Valjouet au Vrétot (Jeannine Bavay) – Par les chemins de Quettetot : les croix et le calvaire (Jeannine Bavay) – La seigneurie de Saint-Martin-le-Hébert au début du XVIIIe siècle (Nicolas Abraham) – Morville et l’hôpital de Coutances (Nicolas Abraham) – La fromagerie de Belleville à Breuville (Jeannine Bavay) – La Cour de Magneville en 1920 (Jeannine Bavay) – Le bombardement du 11 novembre 1943 à Rauville-la-Bigot (Pierre Le Goupillot) – Crash à l’Étang-Bertrand (Mickaël Simon et Georges Dennebouy) – Rocheville : La Voué de la forât et l’Assemblée Normande (Rémi Pézeril) – Actualité des livres : Maupassant, trois vies (Françoise Halley des Fontaines).
Sommaire avec résumé des articles ici.

Les abonnés recevront ce numéro exceptionnel sans supplément. Pour les autres lecteurs, il est possible de vous le procurer dans nos points de vente habituels, ou auprès des Amis du donjon, au prix de 15 €.

Le dernier numéro de l’année passée n’étant pas encore sorti, il est encore possible de vous abonner pour 2019 et d’acquérir ainsi les numéros 100 à 103 au prix habituel de l’abonnement (30 € franco de port).

 

Cent numéros de la Voix du donjon !

Quelques uns des cent numéros de la revue

Un chiffre rond qui rappelle que, depuis 1993 (plus de 25 ans !), l’association des Amis du donjon et du pays de Bricquebec a publié sans discontinuer documents, articles et illustrations sur de nombreux sujets inédits touchant l’histoire, la culture et le patrimoine de Bricquebec et des treize autres communes du canton historique.

Au début simple bulletin photocopié de 20 pages, agrafé sous une couverture pré-imprimée, la revue va s’améliorer au fil des ans. En 1998 apparait une couverture personnalisée et partiellement en couleur. En 2001, la couverture passe à l’impression couleur totale et la pagination monte à 24 pages, puis 32 pages à la fin 2003 et même 36 pages un an plus tard.  En juin 2007 (N° 53), la revue passe entièrement à la couleur.

Les cent numéros de la revue représentent 3 096 pages imprimées pour 485 articles rédigés, le plus souvent par les membres de l’association, sur le patrimoine bâti, les événements, les personnages qui ont marqué le pays de Bricquebec, de la préhistoire au XXIe siècle. Une véritable encyclopédie sur la culture locale, exceptionnelle en France !

En 2005 apparait le premier hors-série annuel en normand, La Voué du dounjoun,  permettant la diffusion des travaux de l’Atelier langue normande de l’association. Le quinzième numéro doit paraître à la fin de cette année 2019.

Les sommaires et les couvertures des 100 premiers numéros de la revue peuvent être consultés sur ce site. Il en est de même pour les sommaires des hors-séries en normand et leurs couvertures.

Des formulaires sont disponibles pour commander des numéros de la revue ou bien pour contracter un abonnement.

Et bientôt un exceptionnel N° 101 ouvrant un nouveau chapitre pour les Amis du donjon et du pays de Bricquebec. Vous vous intéressez à l’histoire et au patrimoine ? Venez nous rejoindre, de nombreuses recherches restent à entreprendre !

 

Le marché des potiers 2019 à Bricquebec : c’est pour bientôt !

Le 5ème marché des potiers de Bricquebec ouvrira ses portes les dimanche 4 (de 10 h à 18 h) et lundi 5 août 2019 (de 9 h à 18 h). Les 36 exposants accueilleront les visiteurs sous l’ombre protectrice des arbres de l’avenue Matignon, en haut de la grande place Sainte-Anne, près du cinéma et du stade. Entrée gratuite.

Vous y trouverez de beaux objets à usage domestique ou décoratif à offrir (ou à vous offrir), de réelles créations d’art avec des formes captant la lumière et des couleurs fabuleuses obtenues à l’aide de techniques d’émaillage élaborées. Le promeneur en prendra plein les yeux et l’acheteur trouvera des vases, assiettes, godiâos, moques, guichouns, abaisses, lampes, bijoux en céramique, illustrées de chats, poissons… où l’humour n’est jamais loin. Les prix restent très raisonnables au regard des heures nécessaires aux opérations successives, de la maîtrise de techniques sophistiquées, des coût de fabrication et de déplacement, à travers la France pour certains. Et puis, la poterie est inusable et ne laisse pas de déchets polluants. Et pourquoi ne pas décorer votre toit de ces tuiles faîtières, traditionnelles dans le Cotentin, parfois revisitées avec malice !

Téléchargez ici l’affiche en normand et la liste des potiers et potières présents.

Également au programme de ces deux journées :

  • Une exposition au Chartrier du château des plus belle pièces sélectionnées par les exposants.
  • Un atelier de modelage pour les enfants animé par Cyril-John Rousseau avec une nouveauté : la réalisation de jarres à la corde.
  • Un atelier de tournage animé par Daniel Dussart : mettez la main à la pâte !
  • Démonstration de tournage de « jarres à la corde » par Sébastien Rouen et Emmanuelle Artu.
  • Des jeux normands en bois en haut de l’avenue Matignon avec l’association Tec-Nor (grande carambole, boules de hasard, etc.)
  • Des expositions dans la salle Jean-Éliard sur les auteurs en normand d’hier et d’aujourd’hui, ainsi que le pays de Bricquebec en 1939-1945.
  • Une exposition en plein air présentant les potiers de Néhou (les potyis de Mourot) est déjà installée sur la Voie verte.
  • La découverte des revues et des actions des trois associations Les Godiâos de Sauxemesnil, Les Amis de l’Ancienne Baronnie de Néhou et Les Amis du donjon et du pays de Bricquebec.

Voilà pourquoi l’équipe de bénévoles se mobilise pour organiser ce marché d’une ampleur unique en Cotentin.

Galettes et bouon beire coume dé couteume !

Et le lundi matin, vous pourrez aller voir les potiers après avoir fait vos emplettes au marché hebdomadaire de Bricquebec, l’un des plus courus du Cotentin l’été.