Charles Canivet, un enfant de Valognes

La revue Val’Auna vient de sortir son numéro 33, en grande partie consacré à Charles Canivet (1839-1911), écrivain et journaliste né à Valognes et dont la production, passablement oubliée aujourd’hui, a été dans une bonne mesure consacrée à son Cotentin natal.

La présentation du personnage est signée de son homonyme Christophe Canivet qui nous avait  commenté dans un numéro récent de La Voix du donjon les liens amicaux que l’écrivain valognais entretenait avec le Bricquebétais Charles Frémine.

Val’Auna nous propose ensuite une analyse du roman La Nièce de l’organiste dont l’action avait été située par Charles Canivet dans le Valognes des années 1850, ainsi qu’une description de l’Hôtel du Grand-Turc, un lieu incontournable de la vie locale au milieu du XIXe siècle.

Enfin, les notes laissées par Antoine-Laurent Lavoisier (1743-1794) permettent à la revue d’évoquer son voyage dans le Cotentin en 1788, mais aussi de décrire ses travaux novateurs qui firent de lui l’un des grands scientifiques de la fin du XVIIIe siècle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s