André Tardif, un artiste discret

Les Amis du donjon organisent une exposition intitulée autour des œuvres d’André Tardif, bien connu à Bricquebec pour y avoir tenu pendant de longues années une quincaillerie. Né en 1915, André Tardif avait poursuivi des études à Lille d’où il était sorti ingénieur avant d’être mobilisé en 1939. Prisonnier sur la ligne Maginot, il partit en captivité à Nuremberg en 1940-41, puis fut libéré en tant que soutien de famille. Il reprit alors la quincaillerie familiale qui existait depuis 1819. Dans l’après-guerre, il fut un ardent défenseur du patrimoine bricquebétais et de son château.

Artiste dans l’âme, André Tardif ne put faire les Beaux-arts. Il a laissé une trentaine d’aquarelles et de dessins réalisés pendant sa captivité. Sa famille a accepté qu’ils fassent l’objet d’une exposition qui se tiendra au Chartrier du château de Bricquebec du jeudi 19 au lundi 23 juillet. Entrée libre.

Un article de La Voix du donjon sera prochainement consacré à André Tardif.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s